Coach Développement Personnel et Hypnose Lyon - Marianne Médioni logo

Le syndrome de l’imposteur

Syndrome de l'imposteur

Je ne suis pas à la hauteur. J’ai réussi mais j’ai eu de la chance. Les autres vont forcément se rendre compte que je n’ai rien faire là. Je ne suis pas légitime, je ne mérite pas ma place. Si vous êtes du genre à vous répéter ce genre de phrases, vous souffrez sans doute du syndrome de l’imposteur.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

C’est une perception de soi, souvent bien différente de celle des autres, visant à se déprécier et à se juger illégitime malgré des compétences et des capacités souvent totalement reconnues par l’extérieur.

Elle découle en général d’un manque de confiance en soi et/ou d’estime de soi.

Les personnes souffrant du syndrome de l’imposteur craignent en permanence d’être « démasquées », que les gens autour d’elles réalisent leur imposture et leur illégitimité à leur poste ou dans leur situation. Elles ont l’impression de ne pas être à la hauteur, d’être moins compétentes que les autres, de ne pas faire assez bien. Ce sont souvent des personnes perfectionnistes qui se fixent des objectifs très ambitieux voire quasiment inatteignables en termes de qualité. Ainsi, elles sont insatisfaites de leurs résultats et considèrent que les autres le sont aussi car elles sont persuadées que tout le monde attend d’eux la même perfection. Ce qui n’est souvent pas le cas.

Elles ont également du mal à accepter les compliments car elles ont l’impression que ceux-ci cachent quelque chose ou qu’elles ne les méritent pas.

Comment se libérer du syndrome de l’imposteur ?

La première chose à faire est de se poser quelques questions :

  • Quelle serait la conséquence si ce que je fais n’est pas parfait ? Est-ce que ce serait si grave que ce que je pense ?
  • Lorsque je fais une erreur, est-ce que les autres me le reprochent, me critiquent ou me rejettent ?
  • Est-ce que les autres sont aussi exigeants avec eux-mêmes que je le suis avec moi et cela les empêchent-ils d’être compétents ?
  • Puis-je réussir à atteindre la perfection dans tout ce que je fais ? Cela est-il bénéfique pour moi ?
  • Quelles conséquences personnelles et professionnelles a sur ma vie le fait d’être perfectionniste ?
  • Quels bienfaits pourrais-je retirer du fait de ne plus l’être ?

 

Ensuite, plutôt que de se focaliser sur ce que l’on juge comme mal fait, il faut apprendre à repérer et mettre en lumière ses réussites. Plus on saura les identifier, les relever et même les souligner, plus on renforcera sa confiance en soi.

Pour cela, vous pouvez dresser la liste des qualités que vous aimez en vous et des expériences réussies dont vous êtes fier. Vous pouvez lister également les conseils qu’on a l’habitude de vous demander et les sujets sur lesquels on vous demande votre avis.

L’idéal est enfin de demander aux personnes autour de vous ce qu’elles apprécient en vous, et les domaines dans lesquels ils vous jugent compétents. Cela vous fera peut-être réaliser certaines choses et changera votre perception.

Dans tous les cas, il vous faut préciser vers quoi vous souhaitez aller, ce que vous voulez atteindre, définir votre ou vos objectifs. Le coaching vous permet de clarifier tout cela et d’engager un travail positif, apaisé et actif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *